La voix des arbres /// The voice of trees

Du 7 au 29 Août 2020

// English Follows ///

L’artiste Monique Fillion explore depuis deux ans maintenant l’idée que les objets, qu’ils soient animés ou inanimés, ont un impact direct sur nos vies et elle questionne la pensée courante qui suggère que leur raison d’être est de servir l’humanité. Elle cherche à révéler la vitalité inhérente des objets ordinaires qui l’entourent et des endroits qu’elle habite.

Sa demeure à Winnipeg est située à la lisière d’une forêt mature naturelle. Elle marche dans cette forêt trois fois par jour, à tous les jours, peu importe les intempéries. La lumière transforme continuellement le paysage. Le cycle de la régénération est très présent dans ces lieux et l’espace qu’elle occupe est réduite par la grandeur des arbres et de la nature qui l’entourent. Cette pratique l’a incité à créer cette série de photographies.

Les images font ressortir la vivacité qui est intrinsèque à l’environnement naturel et elles soulignent sa capacité de participer activement à notre existence. Le paysage est redessiné par le mouvement délibéré de la caméra et les tonalités particulières du moment. Les arbres ont un impact de par leur simple présence et les effets qu’ils produisent sont à la fois dramatiques et subtiles. Ils deviennent imbus de lumière et de vibrations comme s’ils respiraient. Les traces de lumière leur donnent une voix.

//

For the past two years, artist Monique Fillion has been exploring the idea that objects, both animate and inanimate, have an impact on our lives and she has been questioning the view that suggests that their purpose is to serve human beings. She is interested in revealing the inherent vitality of the ordinary things that surround me and the places she inhabits.

Her home in Winnipeg is situated at the edge of a natural, mature forest. She walks in this forest three times a day, every day, always following the same path, in all weather and light conditions. The cycle of death and rebirth is very present in this place and the space she occupies is very small in comparison to the trees and the plant life that surround her. This practice incited her to produce this body of work.

The images uncover the vibrancy intrinsic to the natural world and underscore its ability to be animated, to actively participate in our existence. The impact of their presence produces effects that are both dramatic and subtle. The photographs were taken in various light and weather conditions creating very distinct moods and atmospheres. She uses intentional camera movement to trail light over the trees. They become imbued with motion and light and they exhale breath. The reverberation of the light traces has a sound-like quality that gives voice to the trees.