Emballage anatomique

Du 23 Juin au 24 Juillet 2011
Annie Baillargeon

 Annie Baillargeon nous offre des orchestrations visuelles complexes : où le gestuel ne se décode pas facilement; où l’individuel et le collectif ne sont pas toujours associés dans un ballet harmonieux; et, finalement, où les questions liées à la culture de masse, aux médias, à la tradition, à l’identité, etc., invitent à la réflexion. Grâce à son travail basé sur la disjonction entre l’être et le paraître, cette artiste nous invite dans son univers imaginaire.

Avec cette série d’œuvres numériques regroupées en huit diptyques, l’artiste joue avec l’idée des images préfabriquées, voire contrôlées. Le spectateur appréciera sans doute la grande homogénéité de cette vision, fragmentée certes, mais unie dans ses procédés et sa portée. L’intérêt du jeu est double, il repose à la fois sur une interaction entre les objets, que l’on donne à voir, et les consommateurs de ces objets d’art et la variété de leurs expériences et réactions. Ce que montre, en fin de compte, la grande palette de l’artiste; elle réussit à nous aiguillonner en nous poussant à disséquer son « Emballage anatomique » pour révéler l’enchevêtrement des sens cachés de ce que l’on perçoit dans ce corpus visuel.

Annie Baillargeon offers us complex visual orchestrations where gestures are not easily decoded; where the individual and the collective are not always associated in a harmonious ballet; and finally, where questions related to mass culture, media, tradition, identity, etc., are thought-provoking. By the agency of her work based on the disjunction between being and appearing, this artist invites us into her imaginary universe.

With this series of digital works grouped together into eight diptychs, the artist plays with the idea of prefabricated or even controlled images. The spectator will no doubt appreciate the great homogeneity of this vision, fragmented perhaps, but unified in its procedures and its scope. There is a duality in the interplay, as it rests on the interaction between objects, which can be seen, and the consumers of these art objects as well as their various experiences and reactions. In the end, the wide palette of the artist is shown; she manages to spur us on by pushing us to dissect her « Emballage anatomique/[Anatomical Wrapping] », in an attempt to reveal the myriad of hidden meanings perceived in this visual corpus.