Emile Chartier

À l’age de neuf ans dans ce que nous appelons aujourd’hui le parc Nopiming, mon père m’avait dit “Ne va pas sur l’île il y a un Natif là et il va te manger” et dès que j’en ai eu l’occasion, j’y suis allé en canot. Je me suis assis près de l’homme, mais pas trop près, il me tendit une petite pierre noire et j’ai sorti mon couteau de poche et j’ai commencé à faire ce qu’il faisait : de la sculpture en pierre de savon. Après une heure ou deux, il a tendu sa main dans laquelle j’ai placé la pierre. Il regarda la pierre et la jeta dans le lac. Il m’a alors donné une autre roche, celle-ci était plus douce, une heure ou deux plus tard, il a tendu sa main à nouveau, cette fois je secouais la tête signifiant NON. Je me suis assis avec cet homme durant plusieurs après-midis pendant quelques jours et pas un mot n’a été dit. Apprendre à sculpter est un sentiment. Ma première pièce a été vendue à l’age de 21 ans, cela fait déjà 37 étés. 

Ce fut le début de ce qui a été une vie à sculpter la pierre et je n’ai jamais eu aucun regret.